Psychanalyste clinicien (psychologue-psychothérapeute)

Disponible : Tous les jours (y compris le week-end) à des horaires variables et étendus : me contacter à ce sujet
Psychanalyste clinicien (psychologue-psychothérapeute)

Vous souhaitez prendre rendez-vous le :

pour une vidéoconférence de : soit un montant de : 35.00


Sa présentation
Je travaille comme "psychanalyste clinicien", c'est-à-dire que j'utilise la psychanalyse en lien avec les titres de psychologue et psychothérapeute (reconnus par l'ARS sous le numéro ADELI 259304715).
L'idée est donc d'utiliser la théorie et la méthode psychanalytiques pour se comprendre et se guérir des symptômes qui nous encombrent. L'objectif de la psychanalyse est de favoriser la survenue de contenus psychiques habituellement cachés à notre conscience et qui s'expriment dans nos paroles et, ceci est bien connu, dans nos rêves ou toutes nos créations (jeux, art, …).

Mon travail est d'aider celui qui souhaite acquérir une telle connaissance de soi à s'orienter dans le labyrinthe de son esprit, pour ne pas s'y perdre et y trouver les ressources qui favorisent la guérison psychique. Je prête donc une grande attention à ce qui se dit, à ce qui se montre et j'interviens surtout pour que cela ne passe pas inaperçu. C'est cette contemplation des contenus inconscients et la réflexion qu'ils occasionnent qui permet de rééquilibrer l'énergie et la structure psychiques.

J'ai passé de nombreuses années à me former à la psychologie clinique, avec un diplôme de Master obtenu en 2010, dont l'objectif était de connaître la psychopathologie et la psychothérapie, c'est-à-dire les différents symptômes modernes (anxiété, dépression, obsessions, idées délirantes, ...) et tous les moyens de les traiter (hypnose, TCC, pleine conscience, systémique, analyse transactionnelle, PNL, constructivisme, ethnopsychiatrie, …).
Très rapidement, je me suis formé à la psychanalyse (analyse personnelle, séminaires, lectures, …) pour finalement mener toute une réflexion universitaire, avec un diplôme de Master obtenu en 2020, sur les concepts fondamentaux de cette discipline, en particulier ceux élaborés par Freud, Jung et Lacan.

Contrairement à l'idée véhiculée de nos jours, la psychanalyse s'applique à toutes les personnes et toutes les problématiques. Je m'intéresse en effet, comme n'importe quel autre clinicien, aux moyens de se défaire de la souffrance psychique. C'est juste que, dans ma manière de pratiquer, j'aide la personne qui me consulte à inventer sa propre solution « sur mesure » plutôt que de lui en imposer une « prête-à-porter ». La psychanalyse n'est pas l'application d'un savoir (psychologie) ou d'un savoir-faire (psychothérapie) mais la transmission d'un « savoir-y-faire » avec son symptôme, au sens d'arriver à en faire quelque chose de positif dans notre vie, le comprendre pour mieux le dépasser.
Cette éthique s'appuie sur une pratique de plus de dix ans auprès d'enfants, adolescents et adultes rencontrés dans différentes institutions sociales ou médico-sociales (CMP, CMPP, IME, CHS, …) qui m'a permis d'en reconnaître l'efficacité : disparition ou, au moins, atténuation des symptômes. De même, il est important de se défaire, du moins en ce qui concerne ma façon de travailler, de l'idée que le psychanalyste est quelqu'un qui ne parle pas, qui n'interagit pas ou n'interroge pas. La parole (interprétative) comme le silence (attentif) ne doivent venir qu'à point nommé.

La première séance vise à faire le point sur les symptômes, sur la manière dont ils se relient à l'histoire, passée et actuelle. On tente ainsi de comprendre leur logique à travers la mise en lumière d'un ou plusieurs conflits psychiques à l'origine de la souffrance ressentie. A l'issue de cette première séance, qui dure en général une bonne heure, nous décidons de l'intérêt de poursuivre ou non le travail amorcé.
La seconde séance permet d'approfondir les questions soulevées lors de la première séance et explorer de nouvelles pistes. Il devient possible d'aller un peu plus dans les détails du fonctionnement psychique, notamment inconscient. En général, ces deux séances permettent d'en savoir déjà un peu plus sur soi et de dégager des pistes de réflexion sur l'évolution psychique à entamer.
Les séances suivantes, si elles ont lieu, reproduisent cette spirale vertueuse de conscientisation progressive et représentent la partie profondément thérapeutique du processus, même si des effets d'apaisement peuvent être notés dès le début, de par aussi la disposition psychique nécessaire à adopter (introspection et mise à distance). Selon l'étendue et l'ancienneté des symptômes et de leurs racines inconscientes, ce travail d'élaboration psychique prend plus ou moins de temps pour que la parole se libère et permette de déconstruire, structurer ou restructurer ce qui doit l'être.
Mais là encore, il faut se défaire de l'idée que la psychanalyse demande des années ou des mois pour être efficace. Cela est extrêmement variable d'une personne à l'autre : de quelques séances à quelques années effectivement, selon la demande de départ, la force du désir de changement par rapport aux résistances inconscientes et l'investissement possible en temps et en argent, c'est-à-dire la fréquence des séances. Il faut savoir que, pour la psychanalyse, ces points-là sont négociables et évolutifs en fonction des besoins et des ressources.

Chaque situation étant unique, le plus simple est de me contacter au préalable, afin de vérifier ensemble la manière dont je peux vous aider à résoudre votre problème, quel qu'il soit, qui que vous soyez. Vous pouvez me laisser un message à n'importe quel moment, et je tâcherai de vous répondre le plus rapidement possible.
Ses badges de confiance
🖺︎ CV étudié     🎓︎ Diplôme vérifié : Master en Psychologie clinique    
Poser une question
LinkedIn  Psychanalyste en ligne